AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Uh... Little help? - ASTER.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avenger
Niveau 3
Natasha A. RomanoffNatasha A. Romanoff
MESSAGES : 91
PROFESSION : Ancien assassin pour le KGB, Ancien agent spécial de niveau 7 du S.H.I.E.L.D, espionne, Avenger.

MessageSujet: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptyJeu 30 Oct - 16:58

uh... Little help?
Natasha Romanoff & Aster Blake se retrouvent en ce premier juin dans un hangar abandonné en bordure de NYC et il est approximativement treize heures. Les images sont de Tumblr.


« Et merde. » jura la Veuve Noire tandis qu'une première balle fusait, éraflant le coin du mur derrière lequel elle était tapie. Repérée. Depuis le temps qu'elle espionnait les soldats d'Apocalypse, il fallait bien que ça arrive un jour. Non pas que cela lui déplaise totalement, au contraire. Cela pimenterai un peu ce qui était devenu son quotidien. Le seul souci étant qu'elle était seule face à un groupe de trente-deux soldats exactement. Bien armée certes, mais totalement seule.

Des pas précipités se firent entendre dans sa direction. Sautant sur ses pieds, la russe se mit à courir vers l'escalier de secours qui tenait encore par on ne savait quel miracle le long de l'immeuble tout au bout de la ruelle dans laquelle elle se trouvait. S'enfuir par les toits serait moins dangereux pour elle que par la terre ferme ; elle serait plus difficile à atteindre une fois en hauteur. A condition de ne pas être suivie. Une fois arrivée à proximité de l'escalier de secours, Natasha bondit, se hissant par dessus la rambarde avant de se mettre à gravir les marches quatre à quatre. De nouveaux coups de feu se firent entendre, les balles sifflant non loin d'elle, ricochant contre le métal de l'escalier ou se logeant dans le mur. Des cris lui parvinrent également, et elle tourna une seconde le regard vers l'entrée de la ruelle par laquelle arrivait une partie du groupe d'ennemis, l'autre cherchant probablement un autre moyen de la piéger plus loin. Arrivée au sommet de l'escalier, la russe dut prendre appui sur le rebord d'une fenêtre pour enfin rejoindre le toit de l'immeuble. Ce n'est qu'une fois arrivée en haut qu'elle sortit des poches de sa ceinture une dizaine de capsules explosives, les laissant simplement tomber sur la dernière plateforme de l'escalier de secours qu'elle venait d'emprunter. Sans attendre, la Veuve Noire se mit de nouveau à courir, et se dirigea droit  vers le bord du toit, se préparant à sauter pour atteindre le prochain. Derrière elle, l'explosion retentit enfin, et l'escalier, déjà vacillant au niveau de ses fixations, s'effondra sans plus de cérémonie. Un sourire étira les lèvres de Natasha alors qu'elle posait le pied sur le rebord sans prendre la peine de jeter un regard en arrière pour vérifier si les soldats d'Apocalypse avaient survécu à la chute de l'escalier ou non. Une vague d'adrénaline envahit ses veines au moment même où elle sauta.

Les bâtiments étaient suffisamment proches les uns des autres pour pouvoir passer de l'un à l'autre sans trop de problèmes. Mais en bas, ses poursuivants restaient plus ou moins à sa hauteur, et les coups de feu ne cessaient pas. Une balle vint même entailler son épaule, lui arrachant une grimace ainsi qu'une flopée de jurons dans sa langue natale. Elle ne ralentit pas sa course pour autant, accélérant même l'allure. La douleur de la blessure rapidement ignorée, Natasha se mit à réfléchir au fur et à mesure que la rangée d'immeubles devant elle se raccourcissait. Le dernier bâtiment ressemblait à une sorte de hangar. Si elle parvenait à s'y réfugier, elle pourrait se débrouiller pour se défendre et venir à bout une bonne fois pour toutes de ces hommes. Il fallait seulement qu'elle ait une vue d'ensemble sur le groupe, et en hauteur si possible.

Avant-dernier toit. Le souffle court mais régulier, Natasha parcourut les derniers mètres qui la séparaient du bord. Le hangar était un peu plus bas que les autres bâtiments, ce qui rendrait sans doute la réception moins agréable. Mais par dessus le marché, au vu de l'urgence de la situation, descendre du bâtiment et entrer par la porte principale relevait du suicide. Les soldats d'Apocalypse auraient encerclé le hangar avant même qu'elle n'ait le temps d'en descendre. Il allait donc lui falloir passer à travers le toit. Son pied rencontra le rebord, et la russe s'élança.

Natasha réalisa qu'une partie du toit de l'entrepôt abandonné était faite de plexiglas. Sans réfléchir une seconde de plus, elle pointa son arme vers la surface transparente, visant l'endroit sur lequel elle estimait atterrir, et tira à plusieurs reprises. Si les balles fragilisèrent le plexiglas, il ne céda totalement que lorsque les pieds de l'espionne le heurtèrent. Le choc fut rude mais Natasha passa sans trop d'encombres, chutant au milieu des morceaux translucides, sa combinaison de kevlar la préservant un tant soit peu des éventuelles égratignures causées par ceux-ci. Elle serra les dents et se prépara à la réception en regardant le sol du hangar s'approcher à vitesse grand V. C'est sans grande grâce qu'elle atterrit, ses jambes cédant sous la force de la chute. Natasha roula au sol, légèrement sonnée, avant de s'efforcer de reprendre ses esprits. Il fallait faire vite. Dehors, les cris et les bruits de course s'approchaient. L'espionne devait se dissimuler quelque part, à un endroit stratégique d'où elle pourrait... Elle n'était pas seule. Ce n'est que lorsqu'elle releva la tête qu'il apparut dans son champ de vision. Un jeune homme se tenait là, se demandant probablement ce qu'elle fichait là, à débarquer comme ça, de nulle part, et surtout pas par l'entrée courante. La russe força ses jambes à lui obéir et elle se redressa. Mais avant qu'elle ne puisse prononcer un seul mot, ou de se demander de quel côté il était -bien qu'à première vue il n'avait pas l'air d'être au service d'Apocalypse- , la porte du hangar explosa, laissant le passage libre à ses poursuivants. Immédiatement, les coups de feu résonnèrent, et Natasha plongea à couvert derrière une caisse en bois, dégainant à son tour ses armes à feu.

_________________

People say I'm heartless. I'm not. I just learned to use my heart less.
She's got lions in her heart, a fire in her soul. She's got a beast in her belly, that's so hard to control. 'Cause she has taken too much hits, taking blow by blow. Now light a match, stand back, watch her explode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Independant
Niveau 3
Aster BlakeAster Blake
MESSAGES : 94
LOCALISATION : Sa moto
PROFESSION : Eagle of Anarchy

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptyJeu 13 Nov - 11:31

Phillia veut une moto au plus vite pour qu'on puisse se barrer de New York. Le problème, c'est qu'on en a pas pour elle. On en cherche une avec les autres depuis des jours, séparés aux quatre coins de la ville, ou au moins des pièces pour en monter ou remonter une. Aujoud'hui, je suis devant une moto. Je l'examine dans le hangar où je l'ai trouvée. J'ai sorti de mon sac deux ou trois outils pour pouvoir voir un peu ce que la bécane a dans le ventre... Elle a l'air pas mal abîmée, mais c'est jouable de tenter d'en faire quelque chose. C'est pas une Harley, mais si elle peut rouler, ça peut être une bonne moto pour Phil'. Alors que je donne quelques coups de clef à molette, j'entends du bruit sur le toit. Sur le toit ? Qui peut bien aller sur le toit d'un hangar..? Je me méfie. Vaut mieux se préparer à dégager en deux deux... Je range vite fait mon matos dans mon sac et je regarde le plafond quand une nana en tombe après l'avoir cassé. Elle s'écrase au sol. Putain, elle a dû se faire mal.. Je m'approche doucement d'elle, prêt à envoyer la sauce au cas où elle serait pas de mon côté. J'entends dehors que ça s'agite. Plusieurs voix, des pas... Poursuivie... Elle est poursuivie... Elle a à peine le temps de se relever et d'avoir droit à une question de ma part que la porte du hangar explose. Putain, ils la veulent sévère, cette nana ! Elle plonge en avant en même temps que moi quand les coups de feu ont commencé à retentir. Elle tire coup de feu sur coup de feu et réussit à chaque fois son coup. Je la regarde... Des cheveux roux, une tenue moulante près du corps en je sais pas quelle matière, peut être du cuir ou du latex, deux flingues... Putain. Je me souviens de mon entrevue avec Captain, et voilà que je tombe quinze jours plus tard sur une de ses plus fidèles alliées...

- Black Widow..?!

Elle est de mon côté. A voir les clampins sur lesquels elle tire, je dirais qu'ils sont des sbires d'Apocalypse... Bordel, ce type est un vrai running gag pas marrant et pompeux... Quand la russe recharge ses armes, je lui parle.

- J'te couvre !

Je me lève d'un coup. Gronde, Tonnerre de l'Aube. Mes mains bien ouvertes et les bras tendus, je balance la sauce. Ca fait un bordel pas possible. Mais bon, des éclairs en intérieur, c'est dangereux... Les ampoules crament, elles pètent, les plombs sautent, on serait dans le noir s'il faisait pas jour dehors... Quand je disais qu'il fallait qu'on opère de jour pour trouver une moto, j'avais pas tort... Je mets la gomme, j'en bute plusieurs avec ça. Je me baisse quand j'arrête de tirer mes éclairs et tourne la tête vers la fatale Black Widow. Ca se calme pour l'instant. J'entends plus personne rentrer... Je profite pour respirer un peu. Pas à l'abri d'une nouvelle vague...

- Ca... Ca va ? T'as rien ? T'es tombée de haut, quand même...


_________________

L'Insurrection est le plus sacré des devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avenger
Niveau 3
Natasha A. RomanoffNatasha A. Romanoff
MESSAGES : 91
PROFESSION : Ancien assassin pour le KGB, Ancien agent spécial de niveau 7 du S.H.I.E.L.D, espionne, Avenger.

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptyDim 23 Nov - 17:10

« Black Widow..?! » Alors il savait qui elle était. Cela n’enchanta pas vraiment l’espionne qui n’aimait pas qu’un parfait inconnu sache quelque chose d’elle quand de son côté elle ne savait rien de lui. Même si au fond, il était sûrement logique qu’on la reconnaisse. Elle ne faisait pas partie des héros les plus puissants de la Terre, mais il semblerait qu’elle avait accompli suffisamment de choses pour être reconnue par à peu près n’importe qui. Et quand bien même cela pourrait se révéler flatteur aux yeux de la plupart des gens, ce n’était pas forcément une très bonne nouvelle aux yeux de Natasha, en sa qualité d’espionne. Mais avant qu’elle n’ait le temps de répondre, les soldats d’Apocalypse avaient fait voler la porte en éclats, poussant Natasha et cet inconnu à se mettre à couvert, la première n’hésitant pas à riposter.

Ne voyant pas le brun sortir d’arme à feu pour se défendre lui aussi, elle pensa tout d’abord qu’il était probablement un simple civil qu’elle venait de mettre en danger en débarquant ici avec une trentaine d’hommes armés jusqu’aux dents et surentraînés sur ses talons. Cependant, elle fut bientôt contrainte de cesser le feu, à court de munitions, et, alors qu’elle ramenait ses mains dans son dos pour atteindre ses recharges, elle entendit la voix du jeune homme retentir une fois de plus. « J'te couvre ! » Natasha quitta un instant ses ennemis des yeux pour les tourner vers l’inconnu, qui s’était redressé. Presque immédiatement, des éclairs jaillirent de ses mains, accompagnés des bruits assourdissants de la foudre qui se répercutèrent partout dans le hangar. Les éclairs semblaient fuser de toutes parts et d’un seul endroit à la fois, dirigés vers les sbires d’Apocalypse qui la poursuivaient. La russe fonça les sourcils et se figea. Est-ce que tout ça provenait réellement de lui ? Surprise, elle resta totalement immobile, spectatrice du déferlement de ce pouvoir qui aurait pu faire pâlir de jalousie un certain dieu du Tonnerre qu’elle connaissait bien. La lumière des plafonniers vacilla avant que les ampoules n’explosent. Lorsque que le déluge d’éclairs cessa, Natasha avait toujours les yeux rivés sur le détenteur de ce pouvoir pour le moins impressionnant. Impressionnée, elle l’était, il fallait le dire. Elle pensait que tous ceux qui avaient des pouvoirs de ce genre étaient avec les x-men, ou enfermés dans les camps de concentration montés par Apocalypse… Que faisait-il tout seul ici ? Il était surprenant qu’il ne se soit pas encore fait capturer par leur grand ennemi commun.

La russe jeta un regard à l’endroit où, quelques secondes plus tôt, se tenaient ses poursuivants. Il ne restait plus que des amas difformes et noirs, à terre, corps calcinés qu’accompagnait l’odeur douceâtre et écœurante de chair brûlée qui se dispersait dans le hangar abandonné. L’étrange calme qui venait de s’installer força l’espionne à se reprendre, ce qu’elle fit rapidement. Le jeune homme, qui venait de contribuer grandement à leur défense à tous les deux, s’adressa de nouveau à elle. « Ca... Ca va ? T'as rien ? T'es tombée de haut, quand même... » La question manqua d’arracher une grimace à Natasha, qu’elle retint de justesse, alors que la douleur de sa chute se rappelait à son bon souvenir. C’était sans parler de la blessure causée par la balle sur son épaule. Si tout cela n’aidait en rien à affirmer que tout allait bien dans le meilleur des mondes, elle savait qu’elle guérirait assez rapidement. Passant une main sur son épaule blessée, la rouquine constata que l’entaille était sans grande importance. Ignorant le sang qui tâchait désormais sa main, elle se décida à répondre, reportant son attention sur son interlocuteur. « Ça ira mieux quand je saurai qui tu es. Ça t'arrive souvent de jouer avec la foudre? » Plus méfiante que réellement effrayée par l’homme, elle se redressa à son tour, vérifiant l’entrée du hangar, par laquelle plus personne ne semblait venir. Impossible de dire si tous les sbires d’Apocalypse qui étaient après elle avaient été éliminés, mais le silence qui régnait désormais en disait pas mal à ce sujet. Ils étaient tous les deux probablement hors de danger. A moins que des renforts n’aient été appelés durant la course poursuite, ce qui serait surprenant. Les soldats d’Apocalypse avaient sûrement dû sous-estimer les chances de survie de Black Widow, à une trentaine contre une, et jugé inutile d’appeler des mercenaires en plus pour venir à bout de la fugitive. Mais ça, c’était avant que la fugitive en question ne trouve, le temps de quelques secondes, un allié aux capacités qu’il ne valait mieux pas prendre à la légère.

_________________

People say I'm heartless. I'm not. I just learned to use my heart less.
She's got lions in her heart, a fire in her soul. She's got a beast in her belly, that's so hard to control. 'Cause she has taken too much hits, taking blow by blow. Now light a match, stand back, watch her explode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Independant
Niveau 3
Aster BlakeAster Blake
MESSAGES : 94
LOCALISATION : Sa moto
PROFESSION : Eagle of Anarchy

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptyLun 22 Déc - 21:30

Si y a bien un truc auquel je m'attendais pas, c'est qu'une nana comme la Black Widow me tombe dessus alors que je suis en train de trafiquer une bécane. Encore pire, que ladite nana se fasse traquer par des chiens-chiens de Baskerville. Une trentaine de sbires cramés, ça sent quand même le pâté... Je vérifie que ma compagne de rencard imprévu va bien, ce qui a l'air d'être le cas et me prépare à retourner vers la bécane que je bricolais quand elle me demande qui je suis... Une espionne qui a besoin de savoir qui est la personne à qui elle parle ? Si en temps normal, j'aurais trouvé ça complètement con, C'était pas trop l'humeur du jour. En même temps, c'est une sacré nana qui est devant moi aujourd'hui et je serais prêt à parier que quelque part, ça doit être un putain de sex-symbol. Le comble pour une espionne, quand même...

- Tu peux m'appeler Aster. D'habitude, j'envoie pas la sauce au premier rencard, mais là, vu qu'c'était un cas d'urgence, j'me suis dit qu'il valait mieux faire une exception...

Le vieux réflexe : Sortir une connerie après une bagarre un peu musclée pour montrer que je suis capable de déconner, même si ma vanne est pourrie, on sait que j'ai un peu d'humour. Quoique... Ca pue la blague de beauf maison qui va sortir, mais je peux pas m'en empêcher, je résiste pas, je poursuis.

- Et d'ton côté, c'est courant de t'faire courser par une trentaine de fans un peu trop collants qui sont bizarrement du côté ennemi ? Je savais pas que c'était le kiffe des chiens de Baskerville de vouloir se taper une nana à trente sur une... Ma pauvre, j'te plainds...

J'examine vite fait la moto du regard. Y a pas grand chose à récupérer dessus... C'était à prévoir dans la mesure où le hangar est devenu un champ de bataille l'espace de deux minutes... Un vrai carnage, ça pue... J'empoigne mon sac et commence déjà à enlever les pièces qui peuvent encore être utilisables. Je pars pas trop confiant, mais pour faire une bonne moto, faut du bon matos, autrement, on fait du vélo et on a l'air d'un... Bref. Pendant que j'embarque les pièces de métal dans mon sac à dos, je tends quand même l'oreille, au cas où y aurait du renfort de stalkers à faire cramer. En même temps, je parle à celle qui semble être une de mes nouvelles collègues. Je savais que les Avengers étaient pas morts, en tout cas, au moins pas tous. Je l'ai toujours su. Mais je dois avoir des réponses de la bouche d'une des leurs...

- Dis moi, Widow... Les Avengers sont tous à New York ? T'es la deuxième que je vois en quinze jours... J'ai eu du mal à reconnaître Captain America sans son costume et son bouclier, mais j'l'ai reconnu quand même... J'vois que toi, t'as pas pris de vacances, malgré l'OPA faite sur le pays... Fidèle au poste, tu d'vrais être employée du mois un peu plus souvent...

_________________

L'Insurrection est le plus sacré des devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marauder
Niveau 3
Ophelia SarkissianOphelia Sarkissian
MESSAGES : 20
LOCALISATION : Staten Island, dans ses quartiers privés
PROFESSION : Agent de terrain d'Hydra

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptyVen 9 Jan - 22:32

Au moment où elle rejoignit la position de Romanoff, le silence était déjà retombé ; lourd comme une chape de plomb, épais comme une purée de pois, ce vide acoustique renvoya l'agent Sarkissian aux très nombreux No man's land qu'elle avait côtoyée au cours de sa carrière. Les échos violents de poursuite, les tirs, les cris, s'étaient dispersés ; une odeur fugace les avait remplacée. La puanteur légère, mais perceptible, de la chair cramée. Impossible d'ignorer d'où émanait l'odeur : une traînée de corps cloqués et carbonisés, d'abord éparse, puis de plus en plus fournie à mesure qu'on s'avançait vers la structure, pointait en direction d'un hangar désaffecté. Chaque pas effectué dans cette voie ajoutait de l'intensité aux vapeurs fétides de la peau brûlée, une forme vieille comme le monde d'avertissement. « Entrez, et vous subirez notre sort ! » clamaient les cadavres muets de soldats d'Apocalypse, figés dans une position soulignant la souffrance de leurs derniers instants.

Bien fait, bande de sales cloportes ! Ricana Ophelia, en envoyant rouler une carcasse du talon de sa botte.

Le vert presque noir de sa combinaison intégrale camouflait La Vipère avec efficacité, même dans un environnement urbain. Cheveux attachés en un chignon strict, armée d'un neuf millimètres et de carreaux empoisonnés, l'espionne de la Pieuvre promena ses yeux d'émeraude là où devait se tapir la Veuve Noire... Et quoi que ce soit qui pouvait tuer de cette manière. Les tenues des soldats n'avaient pas été aussi endommagé que leurs chairs, et l'apparence des brûlures indiquait une mort par électrocution à très haut voltage. Expérimentée, la disciple de Kraken, qui avait eu l'occasion de voir déclinées toutes les formes de tortures devant elle, subit sans sourciller les relents vomitifs, et le spectacle repoussant du charnier.


L'approche directe est compromise... Autant éviter de mourir bêtement. Soliloqua celle qui guettait une apparition de la flamboyante rousse depuis des jours, tapie dans une cache aménagée pour la surveillance.

La Vipère, quelques minutes plus tôt, jubilait intérieurement. Immobile, camouflée dans le décor post-apocalyptique d'une New-york en ruines, elle avait contenu à grande peine une exclamation de joie en repérant la fameuse silhouette convoitée essayer de se déplacer furtivement au-travers du dédale de la grosse pomme. L'agent Sarkissian s'imaginait déjà se glisser silencieusement dans le dos de la belle russe pour enfoncer ses crocs pointus dans la gorge frêle de l'ex-agent du KGB, quand les premiers coups de feu (un gâchis de cartouches 7,62 mm désolant !) avaient retenti. Semblable à une biche soudain en alerte, Romanoff avait détalé aussitôt, tandis que sa rivale jurait dans son coin contre la stupidité révoltante des miliciens d'Apocalypse. Alors qu'elle aurait dû, selon toute logique, abandonner la partie et laisser les trente-deux hommes d'En Sabah Nur récolter les lauriers de leur capture, La Vipère s'était trouvée incapable de céder la primeur de l'arrestation de la redoutable espionne du S.H.I.E.L.D. à un troupeau d'excités de la gâchette. Pariant sur le camps adverse (chose qu'elle
détestait avoir à faire), elle s'était persuadée que la rousse saurait se tirer de ce premier guêpier... Ce qui ne la rendrait que moins attentive à toute nouvelle approche furtive, surtout une fois le contre-coup de l'adrénaline encaissé. Un plan qui valait le précédent, en terme de prise de risques !
Seulement, Ophelia n'avait pas prévu de trouver tous les excités de la gâchette fris en rejoignant la battue. Elle n'avait pourtant perdu de vue l’attroupement qu'une poignée de minutes...


Que se cache-t-il, dans ce hangar ? Une arme ? Des renforts ?

Loin de pleurer la mort des poursuivants de l'ex-Avenger, la brune dont la panoplie n'affichait aucune appartenance clairement indiquée s'arma de son semi-automatique, désireuse de jeter un œil dans l'antre où son ennemie avait trouvée à s'abriter. Si la résistance s'armait et gagnait en puissance, Hydra devait le savoir ! À pas de louve (aidée par les semelles de ses bottes), et en veillant à garder son ombre invisible depuis l'entrée défoncée du hangar, Ophelia réduisit la distance la séparant du bâtiment vidé et inutilisé depuis des années, captant la lointaine rumeur d'une discussion que son ouïe (humaine ! Regretta-t-elle) ne pouvait décrypter.
Accolée à la cloison extérieure, genoux pliés et neuf millimètre pointé vers le sol, La Vipère étudia les possibilités qui s'offraient à elle, puis opta pour une œillade discrète. Retenant son souffle, l'espionne fit passer sa tête quelques secondes dans l’entrebâillement, comptant sur sa mémoire visuelle pour glaner un maximum d'informations en minimisant le risque d'être remarquée. De retour à couvert, la jeune femme inspira à fond pour apporter de l'oxygène à son cerveau, et fixer tout ce qu'elle avait vu dans sa mémoire à court terme, tout en apposant une main gantée à terre pour se stabiliser.

La Veuve Noire était bien dans le hangar, et d'après sa posture, elle avait une blessure. Un autre individu, qui ne lui évoquait rien, se trouvait à son côté (et elle n'avait pas pu retenir ses traits). Exceptés ces deux occupants, l'intérieur de la construction était vide, mais jonchée des restes de l'affrontement qui avait tourné à l'escarmouche entre sbires et ennemis d'Apocalypse. Ophelia sentit avec une certitude absolue ce qu'il lui incombait de faire, à présent. Un frisson glacial secoua son échine, et ses pupilles se dilatèrent d'excitation. Si elle ne se montrait pas assez convaincante, ou trop menaçante, la sanction tomberait, immédiate et définitive. Seulement, l'espionnage et le contre-espionnage reposaient sur la même course à l'information, et son mentor l'avait entraînée principalement dans ce domaine. Une fois de plus, l'heure fatidique allait sonner.


Hail Hydra S'encouragea à sa manière la tueuse, en testant de sa main directrice la masse rassurante de son couteau le long de sa jambe droite.

Sans savoir si sa présence était connue ou non, La Vipère se redressa aussi silencieusement que possible, étirant la matière mêlée de cuir, de kevlar et de fibres, qui composait sa combinaison.


Wahou ! S'exclama la terroriste depuis son couvert à l'extérieur, en dirigeant le son de sa voix vers l'intérieur du hangar. Je ne te savais pas si fatale, ma chérie ! Il va falloir que tu m'apprennes ton dernier tour... Le "coup de foudre", je présume ? Grinça de son timbre le plus sardonique l'agent Sarkissian, qui devinait qu'en se découvrant dès maintenant, elle ne gagnerait qu'à mourir, au mieux d'une balle dans le crâne, au pire comme ceux dont le cadavre refroidissait actuellement à l'air libre.

Aussi grossièrement trompeur et bateau que cela puisse paraître... J'aimerais parler ! Pas de coup fourré, pas de tirs... Juste une discussion entre adultes, à distance de sécurité évidemment. Tenta Ophelia, amorçant sa délicate approche après avoir laissé un temps-mort dans son intervention.


_________________

Je suis une vraie Vipère

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avenger
Niveau 3
Natasha A. RomanoffNatasha A. Romanoff
MESSAGES : 91
PROFESSION : Ancien assassin pour le KGB, Ancien agent spécial de niveau 7 du S.H.I.E.L.D, espionne, Avenger.

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptySam 24 Jan - 20:44

« Tu peux m'appeler Aster. D'habitude, j'envoie pas la sauce au premier rencard, mais là, vu qu'c'était un cas d'urgence, j'me suis dit qu'il valait mieux faire une exception... » Natasha se contenta d’approuver d’un haussement de sourcil. Elle aurait bien dit merci, si elle n’était pas aussi avare de ce genre de choses. « Et bien Aster, joli coup de jus. » se contenta-t-elle d’observer d’un ton qui se voulait neutre, en replaçant un chargeur plein dans son glock 26 d’un coup sec. « Et d'ton côté, c'est courant de t'faire courser par une trentaine de fans un peu trop collants qui sont bizarrement du côté ennemi ? Je savais pas que c'était le kiffe des chiens de Baskerville de vouloir se taper une nana à trente sur une... Ma pauvre, j'te plains... »

Natasha s’abstint de tout commentaire, même si en temps normal elle lui aurait bien fait entendre sa façon de penser quant à ce genre de remarque. Certains s’étaient retrouvés avec les ongles (entre autres) arrachés pour moins que ça. A l’époque où la vie des autres lui importait peu. Ça semblait loin. Non pas qu’elle soit soudain devenue altruiste ou empathique à l’égard des autres. Faut pas rêver. Seulement, les alliés se faisaient rares ces temps-ci. La plupart des gens qui restaient se rangeaient du côté d’Apocalypse, parce que sa victoire semblait certaine et imminente. Pour ces personnes là, Natasha n’avait aucune compassion, et n’aurait aucun scrupule à se comporter avec elles comme elle le faisait quand elle était encore au service de la Russie. Donc, quand quelqu’un ne semblait pas défendre ardemment les actions d’Apocalypse, la russe réfléchissait à deux fois avant de le tuer. On sait jamais.  

« Dis moi, Widow... Les Avengers sont tous à New York ? T'es la deuxième que je vois en quinze jours... J'ai eu du mal à reconnaître Captain America sans son costume et son bouclier, mais j'l'ai reconnu quand même... J'vois que toi, t'as pas pris de vacances, malgré l'OPA faite sur le pays... Fidèle au poste, tu d'vrais être employée du mois un peu plus souvent... »

« Qu’est-ce qui s’est passé, avec Rogers ? » demanda la russe, à peine la phrase du jeune homme terminée. A vrai dire, elle n’avait même pas fait attention aux derniers mots de celui-ci, son esprit s’étant arrêté à la mention de Steve. Les yeux rivés vers lui et les sourcils froncés, Natasha dissimula une certaine inquiétude derrière un air simplement concerné. Elle qui avait prévu de ne pas s’éterniser ici, avait soudain une bonne raison de rester. Non pas pour discuter des Avengers –il avait beau ne pas avoir l’air de mordre, il pouvait toujours courir pour avoir des informations quelconques concernant les Vengeurs, même si ce n’était que pour savoir s’ils étaient tous ici- mais pour savoir ce que foutait Steve dehors, et surtout si il s’était passé quelque chose qu’elle devait savoir. Ce n’était pas avec le peu qu’il lui racontait qu’elle pouvait être au courant de ses activités, et une petite balade dans les quartiers n’était pas forcément une excellente idée quand on s’appelait Steve Rogers et qu’on était associé à la figure de résistance face à Apocalypse (même si Captain America n’avait pas vu son costume de près depuis un bout de temps.) Et même si Steve ne se montrait pas forcément toujours aimable envers Natasha lorsque celle-ci venait le voir, ça n'empêchait pas cette dernière de continuer à vouloir son bien. Stupide tendance à s'attacher.

Avant qu’Aster n’ait le temps de répondre, une voix féminine résonna dans le hangar, faisant tressaillir imperceptiblement la russe, déjà prête à braquer son arme vers l'intruse.« Wahou ! Je ne te savais pas si fatale, ma chérie ! Il va falloir que tu m'apprennes ton dernier tour... Le "coup de foudre", je présume ? » La tête de la Veuve Noire se tourna immédiatement vers l’entrée du bâtiment, d’où semblait provenir la voix. Une voix qui lui disait vaguement quelque chose. Quelque chose de pas bon du tout. Une petite vague d’agacement parcourut lentement les veines de Natasha.

« Aussi grossièrement trompeur et bateau que cela puisse paraître... J'aimerais parler ! Pas de coup fourré, pas de tirs... Juste une discussion entre adultes, à distance de sécurité évidemment. »

« Bien sûr. Pourquoi pas une tasse de thé, pendant qu’on y est ? » persiffla la russe entre ses dents, trop bas pour que l’intéressée n’entende, pas assez pour que ça échappe à Aster, cependant. « Tu peux aller te faire voir, Sarkissian. Rien de ce qui peut sortir de ta bouche ne m’intéresse. Pas plus que ce qui y rentre, d’ailleurs. » ajouta-t-elle sans se retenir. La dernière phrase, c’était gratuit. Natasha n’avait réellement aucune envie de se retrouver confrontée à la Vipère, qui avait déjà croisé sa route une ou deux fois. Néanmoins, la russe conserva un ton totalement calme et détaché, légèrement las cependant. Elle ignorait si son ennemie était seule ou accompagnée. Mais ce début de conversation semblait annoncer quelque chose de franchement désagréable.

HRP: Désolée, c'est nuuuuuuuuul. J'irai me flageller pour ça.

_________________

People say I'm heartless. I'm not. I just learned to use my heart less.
She's got lions in her heart, a fire in her soul. She's got a beast in her belly, that's so hard to control. 'Cause she has taken too much hits, taking blow by blow. Now light a match, stand back, watch her explode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Independant
Niveau 3
Aster BlakeAster Blake
MESSAGES : 94
LOCALISATION : Sa moto
PROFESSION : Eagle of Anarchy

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. EmptyJeu 5 Fév - 15:28

A peine ma vanne bien placée, Widow me répond en me demandant en gros de raconter ma rencontre avec le premier Avenger, malgré qu'il avait pas l'air d'être un des leurs, écroulé contre le comptoir d'un bar miteux avec un verre de Jack Daniels mal dosé dans la main. Si c'était du bon whisky, je pense que j'aurais très mal encaissé cet affront. Heureusement, c'était que du Jack... Mais j'imagine que ce qu'elle veut savoir est l'accrochage avec les chiens-chiens de Baskerville qui ont valu au bar d'être en partie saccagé. Et qui s'est finalement réglé à la cow-boy : En combat à mort dans une rue déserte. Combat qu'on a bien entendu gagner, après tout, c'est un Super Soldat et une ligne à haute tension ambulante qui étaient devant eux... Mais à peine j'ai commencé à ouvrir la bouche pour lui répondre qu'on entend une voix féminine et hautaine dans tout le hangar...

- Que..Quoi ?

Son humour est douteux et elle se permet des familiarités avec Widow, un peu comme j'aurais fait, en fait... Sauf que je connais la rouquine que de réputation. Elle, elle a l'air de connaître un peu plus mon alliée de fortune... Aucun accent particulier ne sort de sa voix. Machinalement, je porte le poing au flingue que je charge. Je vise pas, elle parle. Elle désire parler. Ca, c'est pas bon, mais tant que quelqu'un parle, on écoute ce qu'il a à dire avant de l'executer. C'est la base... Black Widow réplique avec une remarque cinglante et ouvertement salace. J'aurais pu la faire ! Je regarde l'espionne avant de poser les yeux sur la brune qui s'approche. Vaut mieux que je garde mon calme. Si les deux là se connaissent et qu'elles s'affrontent, ça risque de devenir... Electrique dans le hangar... A côté, je ferais pas grand chose. Je craque les doigts de ma main libre et gantée, prêt à envoyer la sauce. Décidément, j'aurais sorti le grand jeu dès la première fois à deux nanas dans la même journée... J'en connais une qui va hurler de rire... Je cerne le regard et me décale légèrement pour laisser à la rousse une bonne ligne de tir dans l'éventualité où tout le monde viendrait à faire feu...

- Qu'est-ce que tu veux, Sarki...Machin... Désolé, j'ai oublié la suite de ton nom. Mais c'est pas la question. Tu veux quoi ?

Rester méfiant. A tous les coups, elle est pas venue seule, même si elle a l'outfit d'une espionne. Ou d'une dominatrice sadomasochiste... Mais ça, j'en doute, et quand bien même, ses préférences à ce sujet là m'intéressent pas le moins du monde... Je fais crépiter quelques étincelles entre mes doigts habillés de cuir. Ca, pour m'aider, ça m'aide. Je suis prêt à envoyer la sauce et à faire gronder le Tonnerre de l'Aube. Il me reste plus qu'à attendre un signe de l'une des deux femmes fatales pour claquer du jus...


_________________

L'Insurrection est le plus sacré des devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Uh... Little help? - ASTER.   Uh... Little help? - ASTER. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Uh... Little help? - ASTER.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Age of Apocalypse :: Island of Apocalypse :: Other Places-